skip to Main Content

Programme Enfants des rues
280 enfants | 17 centres

Ayant rompu tout lien avec leur famille, des milliers d’enfants errent dans les rues de Manille. Victimes de violence et de drogue, ils survivent par la mendicité, le vol et la prostitution. Ce sont des proies faciles pour les gangs qui règnent dans les rues de Manille. Voici comment nous les aidons :

Une présence constante dans la rue

La première étape de notre action est la présence continue (nuit et jour) de nos éducateurs de rue et assistantes sociales dans les rues de Manille.

Ils y tissent un premier lien de confiance avec l’enfant à travers des jeux, discussions, activités. L’objectif est d’aider l’enfant à choisir librement de quitter la rue pour rejoindre ANAK-Tnk.

Nos « Drop in centers » ouverts 24/7

Ouverts jour et nuit les « drop-in-centers » (centres d’accueil) sont les premiers foyers d’accueil des enfants qui sortent de la rue. C’est un foyer de stabilisation où les enfants reçoivent ce dont ils ont cruellement manqué dans la rue : besoins primaires tels que se nourrir, se vêtir, un toit, mais aussi un suivi de santé, une remise à niveau scolaire (grâce à nos « classes-passerelles ») et surtout de l’amour.

Notre objectif : la réconciliation

Le premier objectif de la fondation est de réconcilier l’enfant avec sa famille. Nos assistantes sociales recherchent les familles, évaluent la situation et petit à petit accompagnent l’enfant à reprendre contact avec sa famille.

Les réconciliations restent rares car le plus souvent ce sont des enfants abandonnés par les leurs.

Foyers résidentiels

Lorsqu’une réconciliation avec la famille n’est pas possible, l’enfant est transféré dans l’un des 17 foyers d’accueil ANAK-Tnk. Une vingtaine d’enfants réside dans chacun de ces foyers où règne une atmosphère familiale. L’enfant intègre alors l’école publique de son quartier et grandit dans le foyer jusqu’à son autonomie.

Ferme de réinsertion et formation

Afin d’accompagner au mieux les jeunes ayant des difficultés à quitter leurs mauvaises habitudes de rue – drogue, gangs, démêlés avec la justice – ANAK-Tnk a ouvert une ferme de réinsertion en province, loin des rues de Manille, où les pensionnaires s’occupent d’animaux et d’un potager. Ils y prennent un nouveau départ, loin des sollicitations et dangers de la ville.