LA VIE D'ANAK-TNK

Être brillant… ou lumineux ?

Par l’Abbé Matthieu Dauchez – directeur de la fondation à Manille

Une des questions, bien légitimes, qui revient sans cesse sur les lèvres de nos visiteurs, est celle des résultats. Les regards se tournent vers les foyers d’étudiants en universités et le décompte des diplômés fait évidemment notre fierté.
Pour autant «
Il ne s’agit pas de triompher avec éclat, disait Mauriac. Il faut ensevelir l’amour dans le monde ». Ces mots ne sont pas seulement la belle et profonde réflexion d’un écrivain français, mais bien la réalité de ce que l’on vit jour après jour à Manille. On ne cesse de se battre pour le succès de notre œuvre, tout en sachant que seuls les fruits sont réellement importants. On se démène quotidiennement pour encadrer les enfants de la fondation afin qu’un jour leurtête soit couverte de la fameuse toque de fin d’études, tout en sachant que fondamentalement tout se joue au fond des cœurs.

 

« Tout se joue au fond des cœurs »

 

Il ne s’agit pas que les enfants brillent, mais qu’ils soient lumineux. La différence paraît insignifiante, mais elle est abyssale : nous accueillons des enfants blessés par la vie, qui ont tous un parcours différent, des talents différents, des capacités différentes. Ils partagent toutefois la même soif, celle d’aimer et d’être aimés.

La victoire, pour nous, ne réside donc pas tant dans l’éclat brillant d’une réussite intellectuelle, aussi désirable soit-elle, mais dans la résurrection lumineuse, diffuse et généreuse de chacun des cœurs qui nous sont confiés. Et ce rayonnement, nous en sommes les témoins privilégiés, est magnifiquement contagieux !

Extrait du journal d’ANAK-Tnk N°65

Vous souhaitez recevoir régulièrement les actualités d’ANAK-Tnk ? Indiquez-nous votre adresse mail ainsi que votre langue.